Études de cas Comparaison Résistivité – Sismique

Objectif: Comparaison des techniques géophysiques de sismique et de résistivité

Description de la mission

Afin de comparer les résultats obtenus avec notre système avec d’autres techniques, nous avons organisé une étude dans la baie de Brest, où les données sismiques avaient été enregistrées quelques années auparavant, avec un système à étincelles. La difficulté ici était de pouvoir effectuer le levé le plus près possible des lignes sismiques.  Cette zone est recouverte de sédiments avec des couches rocheuses en dessous, plus ou moins altérées.

La profondeur de l’eau était de 15-20m. Les données sismiques sont rapidement limitées par les multiples, et par les réflexions sur les couches plus dures. La pénétration dans les couches les plus dures est pratiquement nulle.

Sur l’image de résistivité, la ligne blanche représente le fond marin. Les résistivités vont du bleu (basses résistivités), essentiellement les sédiments plus ou moins compacts et imbibés d’eau de mer, au rouge pour les résistivités les plus élevées, interprété comme le substrat rocheux. Les roches peuvent être modifiées et donc présenter des résistivités plus faibles (en jaune ou orange). La ligne noire représente la transition entre les 2 matériaux, correspondant à une transition rapide des valeurs de résistivité.

Les chiffres de 1 à 6 montrent les différentes caractéristiques que l’on peut trouver dans les deux modèles pour comparer comment ces structures sont décrites avec les 2 techniques.

Le système MAPPEM permet une pénétration beaucoup plus profonde et n’est pas limité par la transition entre les couches. Le système MAPPEM peut donc fournir des informations plus détaillées sur le substrat.

 

Résultats: Le système MAPPEM peut fournir d'autres informations que les données sismiques et n'a pas les limites des données sismiques. Valeur ajoutée: La pénétration du système MAPPEM n'est pas limitée par la profondeur de l'eau. La pénétration est plus élevée. La résistivité peut fournir des informations dans les roches dures.